LES ARTICLES

Liste complète des articles


08/06/2001
Méfions-nous des dérives !

Par Mathias Waelli


Depuis plus d'une semaine, nous recevons beaucoup de courriers relevant le caractère raciste et homophobe des événements produits par Loft Story. Les auteurs de ces messages soulignent que tous les habitants sortis du loft sont d'origine étrangère ou représentants de la communauté homosexuelle. L'un d'eux relève même le symbole de l'arrivée d'un chien à la sortie de la dernière lofteuse. Notre propos n'est pas de prendre leur contrepied, mais de montrer qu'inconsciemment, leurs remarques alimentent peut-être un faux débat. Le concept de Loft Story est dangereux au sens où il stigmatise les candidats. Le problème se trouve moins dans l'élimination d' "habitants" d'une nationalité ou d'une sexualité particulière, mais dans un casting marquant les différences sociales. De tels procédés ouvrent la porte à tous les excès. La réaction des internautes montre bien le danger d'une telle émission. En interprétant les sanctions personnelles contre des candidats comme des actes contre une communauté, ils mettent en exergue le danger d'un tel amalgame. Notons qu'avant d'être d'une origine ou d'une autre, Aziz, Kenza et Julie avaient en commun de faire de l'ombre à certains candidats. Les relations interpersonnelles à l'intérieur du loft sont déterminées par de nombreux critères. On ne peut les limiter arbitrairement sans risquer de tomber dans la caricature. Tirer des conclusions de ce type constitue déjà en soit un acte raciste. Qualifier ceux qui n'aiment pas Steevy (en admettant qu'il soit homosexuel) d'homophobes est une simplification dangereuse. Les mêmes arguments, retournés, servent d'armes aux extrémistes de droite. Il me semblait utile, au vu de la quantité de courriers reçus, de souligner la possibilité de cette dérive...





Recevez notre newsletter !
  
inscription désinscription



Toutes les analyses de débats

Tous les articles

Toutes les contributions





Affichez notre bannière !



Hit-Parade