VOS CONTRIBUTIONS

Liste complète des contributions


22/05/2001
On est tous des héros...

Par Frédéric Jean
Ingénieur réseaux à Strasbourg


Pourquoi se le cacher ? L'intérêt majeur du spectateur de Loft Story reste... lui-même. Car pour peu qu'on se cherche, on se trouve : dans une attitude, une réaction, un propos de l'un ou l'autre des candidats. Et on se dit : "Tiens ! J'aurais sûrement fait pareil" ou plus pernicieux : "J'aurais sans doute fait la même chose mais j'aurais voulu réagir autrement". Bref, on s'observe, on s'ausculte, on se rassure "Finalement, je ne suis pas aussi stupide" ou "J'ai de plus jolies jambes". Loft Story n'est pas une émission voyeuriste, c'est une émission nombriliste. Le seul spectacle qui nous intéresse c'est NOUS.

Devant la platitude relative ou le faible attrait supposé de nos vies de tous les jours, le meilleur exutoire reste encore le quotidien exacerbé, observé, bercé de lumière, des candidats du loft. Des gens "comme nous". Jusqu'où cherche-t-on à s'identifier à eux ? On se berce d'illusions, mais la meilleure illusion est celle qui ne décolle pas de la réalité. Grâce à l'intérêt qu'on prête à cet étalage de vie (un peu frelaté, on le sait), nous sommes enfin en droit de croire que la nôtre, si semblable à celle des lofteurs, est aussi digne d'intérêt. Là est l'illusion et, sans doute, une raison du succès colossal de l'émission. Bien entendu, l'attrait pour les scènes à connotation sexuelle a sa place également. Si l'éventualité de surprendre des ébats amoureux apparaissait bien faible à l'origine, les événements ont montré l'inverse, c'est le cas de le dire. Même si leur vie se résume à un scénario refusé d'un épisode produit par Aaron Spelling, ne trouvez-vous pas que Kenza ou Delphine est plus proche de nous que Heather Locklear ? La force du Loft c'est l'identification aux candidats, et en plus il y a du choix !

L'explication est séduisante, surtout si on pousse la réflexion plus avant. Après s'être imaginé dans la peau des lofteurs, n'est-il pas agréable de les voir sortir du loft sous les vivats, fêtés tels des matadors ? Quel formidable raccourci vers la célébrité, non ? Et pour quelles qualités s'il-vous-plaît ? Avoir vécu quelques jours comme vous et moi ! La démonstration me semble éclatante de simplicité. Et si c'était nous ? On est tous les héros du loft... un peu.





Recevez notre newsletter !
  
inscription désinscription


Envoyez votre contribution !



Toutes les analyses de débats

Tous les articles

Toutes les contributions





Affichez notre bannière !



Hit-Parade